La domination de l' IBM PC



Retour Accueil

Le contexte de la naissance de l' IBM PC

Pour bien comprendre ce qu'il s'est passé, il est nécessaire de se replacer dans le contexte de l'époque. Nous sommes en 1981, au mois d'août exactement, le marché de la micro-informatique est dominé par Apple, les autres acteurs importants de la première heure se nomment Commodore, Tandy et Atari. Des nouvelles marques apparaissent régulièrement alors que certains pionniers, à l'image de Mit's (Altair), ont déjà quitté la scène.

Le monde des micro-ordinateurs se conjugue alors en 8 bits, c'est le règne sans partage des microprocesseurs Zilog Z80 et Mos 6502. Coté logiciel il n'y a pas encore d'interface graphique commercialisée, c'est la ligne de commande qui est utilisée, parmi les systèmes d'exploitation les plus connus on trouve CP/M de Digital Research ou DOS3.3 d'Apple.

L'offre des principaux constructeurs en 1981 est la suivante:

  • Apple II, le plus vendu, mais il date de 1977 et n'a pas beaucoup évolué depuis
  • Atari 400 et 800, de belles machines mais l'image d'Atari est plutôt orientée consoles de jeux.
  • Commodore propose la série des PET ou le Vic 20
  • Sinclair après le succès du ZX80 présente le ZX81
  • Tandy dispose d'une gamme assez étoffée, modèle I, II ou III et Color Computer

 

La décision du géant

La décision d'IBM de se lancer sur le marché de la micro-informatique remonte à juillet 1980. Au sein de la compagnie on se rend bien compte que petit à petit ces nouvelles machines prennent de l'importance, et IBM n'a pas de produit dans ce domaine, c'est inconcevable. Mais IBM est une entreprise gigantesque et à ce titre victime de la rigidité de son organisation et de la rigueur de ses procédures. Si la conception d'un micro-ordinateur de toutes pièces est tout à fait réalisable au sein de l'entreprise, en revanche le temps pour y parvenir est estimé à environ 4 ans par le comité de direction, c'est beaucoup trop long par rapport à la croissance du secteur.

Bill Lowe dirigeait alors un laboratoire de recherche à Boca Raton en Floride, il proposa pour réaliser le PC en une année seulement le concept d'architecture ouverte, c'est à dire d'utiliser des composants existants d'autres sociétés puis de les assembler. Le projet est adopté, Bill Lowe en est promu responsable, il a carte blanche pour créer son équipe et mener à bien l'opération.

Le PC sera présenté à New York, lors d'une conférence de presse dans l'hôtel Waldorf-Astoria, le 12 août 1981.

 

Les composants matériels du PC 5150

Les innovations ne sont pas forcément nombreuses, mais l'emploi de valeurs sûres et éprouvées fait toujours un bon effet aux yeux des acheteurs.

Le microprocesseur Intel 8088 à 4,77 MHz : le choix d'un processeur 16 bits, bien qu'il communique encore en 8 bits avec l'extérieur, lui confère une rapidité d'exécution des programmes. Son adressage de la mémoire lui permet de gérer directement 1 Mo ce qui est considérable à l'époque (les processeurs 8 bits ne sachant gérer alors que 64 Ko).
La mémoire de 16 à 64 Ko: ce n'est vraiment pas énorme, même si cela reste dans la moyenne de l'offre en 1981. Très rapidement IBM corrigera cela en proposant un modèle équipé de 64 Ko extensible à 256 Ko sur la carte mère. A noter que la mémoire maximale utilisable est de 640 Ko, aucun micro-ordinateur ne proposait autant à ce moment là.
L'affichage MDA : certes par défaut l'affichage n'est pas graphique, il est néanmoins très correct, et d'une finesse qui autorise un travail prolongé devant l'écran. Le client visé par IBM est professionnel et son PC est destiné à faire de la gestion, un peu à l'image des mini-ordinateurs de la marque. Une carte graphique couleur (CGA) est disponible pour ceux qui en auraient besoin, sa résolution est alors dans la moyenne du marché.
Le stockage sur disquettes : bien que disposant encore d'un port pour lecteur de cassettes, ce qui est le standard de ce début de décennie, l'IBM PC est généralement vendu avec une ou deux unités de disquettes d'une capacité de 160 Ko.
Les slots d'extensions ISA : la présence de 5 connecteurs d'extensions offre une modularité selon les besoins des utilisateurs. Ce concept existe aussi dans l'Apple II, et était déjà utilisé avec succès avec le bus S-100 des premiers micro-ordinateurs. C'est une architecture ouverte qui va permettre la création d'extensions adaptées aux besoins de chacun
Le boîtier : Il se veut rassurant, à la fois solide et pratique. Le clavier est séparé de l'unité centrale c'est tout de même plus simple pour organiser son bureau et les emplacements pour des unités de stockage sont prévus dans l'UC, c'est la fin des petites boîtes empilées aux connections parfois hasardeuses.

 

Le logiciel

En 1981, le système d'exploitation de presque tous les micro-ordinateurs s'appelle CP/M de Digital Research, alors que les langages de programmation tel le Basic ou le Cobol sont plutôt l'oeuvre de Microsoft. C'est tout naturellement vers ces deux sociétés qu'IBM se tourna pour la conception de son OS et du Basic. Un désaccord au niveau de la signature du contrat de non-divulgation proposé par IBM à Gary Kildall (Digital Research) lui fera perdre le marché.

Bill Gates (Microsoft) s'engouffre alors dans la brèche, rachète pour 50.000$ les droits de 86-DOS, une adaptation de CP/M pour processeur Intel 16 bits, réalisée par Tim Patterson. Légèrement retouché et renommé en MS-DOS, celui-ci sera proposé puis vendu à IBM pour équiper son PC (d'où l'appellation PC-DOS pour la version IBM). CP/M ou PC-DOS sont en fait très proches, les utilisateurs du premier ne seront pas déroutés par l'arrivée du nouveau.

C'est Microsoft qui fourni à la fois le système d'exploitation et le Basic du micro-ordinateur d'IBM.

 

Le poids du géant de l'informatique

Dans ce marché naissant et hétérogène, la venue du très sérieux IBM est jugé plutôt rassurante aussi bien par les entreprises que les développeurs. La machine doit être crédible en tant qu'outil de travail, et non plus s'apparenter à une console de jeux ou un gadget réservé à un quelconque bidouilleur, c'est toute l'image qu'a voulu mettre IBM dans son PC.

IBM a su apporter un élément essentiel pour un chef d'entreprise, à savoir une garantie, aussi bien sur la qualité que sur la pérennité de l'investissement, et à partir de cet instant le marché peut s'épanouir.

 

L'arrivée des clones

Le succès est tel que tout le monde veut un PC. Dès 1982 la concurrence se lance dans la conception de machines aux caractéristiques identiques et totalement compatibles. La seule partie du modèle original sous licence IBM étant le BIOS, celui-ci sera recréé par reverse-engineering. Ce sont ces clones, vendus moins cher que l'IBM PC, qui vont petit à petit inonder le marché et imposer définitivement le standard.

L'offre logicielle est très conséquente, à l'image des ventes de compatibles, sans commune mesure avec ce qui a pu exister jusqu'à présent. Tous les éditeurs développent pour le PC d'IBM.

 

Au nom de la sacro-sainte compatibilité...

Les années passent, mais à chaque évolution de matériel, comme par exemple pour l'emploi d'un nouveau processeur, la compatibilité avec le PC d'origine sera toujours conservée. Les 640 Ko de mémoire sont devenus rapidement bien trop étroits, mais il est essentiel que les applications écrites pour le PC d'IBM puissent continuer de tourner, même au prix de contraintes énormes pour les programmeurs.

Ni Apple en 1984 avec son Macintosh, ni aucun autre constructeur ne pourra plus inverser la tendance, le choix des utilisateurs est fait depuis au moins deux ans. En 1987, IBM lui-même n'y arrivera pas lorsqu'il lance sa nouvelle gamme de micro-ordinateurs PS/2...

 

Quelques liens:
- IBM PC 5150
- IBM PC-XT 5160
- La gamme IBM
- Les évolutions de Ms-DOS
- L'histoire des microprocesseurs

Photographie © IBM

Divers:
Prix : 1565 $ modèle 5150-001 / 16Ko sans lecteur (sources: IBM lettre d'annonce du 12/08/81)
environ 3000 $ avec 64Ko, 1 lecteur de disquettes et un écran (sources: internet / L'OI sept.1981)
environ 4500 $ avec 64Ko, 2 lecteurs, un écran et une imprimante (sources: internet / L'OI sept.1981)



Vous êtes maintenant 646477 à avoir vu ces pages.



Retour Accueil



Plan du site - Ordinateurs - Consoles - Goodies - Nouveautés - Liens - Me contacter

Mise à jour le 06/10/06